Pourquoi un réseau structurant

Apprenez-en plus sur la raison d'être du projet

La mobilité constitue un enjeu majeur pour l’avenir de l’agglomération de Québec.

Québec, ville florissante

Notre ville compte plus d'habitants et son économie est en croissance

La ville de Québec vit une croissance économique parmi les plus fortes des grandes villes canadiennes, une augmentation des emplois dans la région ainsi qu’une des hausses du revenu personnel parmi les plus rapides de toutes les régions canadiennes.

Avec une croissance démographique et économique soutenue, la mobilité des personnes constitue un enjeu majeur pour l’avenir de l’agglomération de Québec.

Aujourd’hui, la région de plus de 800 000 habitants compte une population active de près de 475 000 personnes, dont 96 % occupe un emploi.

Au cours des 20 dernières années, la ville de Québec est devenue l’une des économies les plus dynamiques au Canada.

28 200

nouveaux ménages d'ici 2036

57 000

nouveaux résidants en 2036

100 000

emplois depuis les années 2000

Des déplacements urbains en hausse

Il y a de plus en plus de déplacements sur le territoire de Québec

Cette forte croissance se répercute sur le nombre global de déplacements. On compte 750 000 déplacements chaque jour dans la zone d’influence du réseau.

  • D’ici 15 ans
    • + 100 000 déplacements par jour
    • 11 nouvelles voies de circulation, l’équivalent des boulevards Charest et Laurier, seraient nécessaires pour absorber cette hausse du nombre de véhicules.

Québec n’est pas en mesure de développer de nouvelles voies routières au centre-ville.

La croissance de la population et du nombre de déplacements contribuera à des périodes de congestion accentuées au cours des prochaines  années.

Déplacements automobile

Congestion

File d'attente

Temps de déplacements

Boulevard Laurier

Se déplacer en automobile a ses limites

Depuis les années 50, l’organisation du territoire et des transports dans l’agglomération de Québec se fonde essentiellement sur l’utilisation de la voiture individuelle.

Cela explique en partie pourquoi environ 75 % des déplacements motorisés à l’heure de pointe du matin dans l’agglomération se font en automobile, un mode de transport qui occupe beaucoup d’espace.

Pour une vraie liberté de choix

La solution passe par une transformation de l'offre en transport en commun

Une offre en transport en commun saturée

Le transport en commun est un moyen efficace pour lutter contre la congestion. Depuis plusieurs décennies, la réponse à une augmentation de la demande a été d'ajouter des autobus et d'augmenter leur fréquence. À Québec, le réseau actuel a atteint son point de saturation : on ne peut plus ajouter d'autobus.

Si des modes de transport plus performants ne sont pas mis en place, la tendance actuelle de détérioration des conditions de déplacement augmentera. Il faut transformer l’offre de transport en commun et choisir des véhicules de transport en commun plus capacitaires.

Limite du réseau actuel de transport en commun

Malgré l’amélioration constante de l’offre, l'achalandage en transports en commun tend à plafonner. Pourquoi?

La stratégie utilisée jusqu'à présent a atteint sa limite, car en augmentant leur taille, leur nombre et leur fréquence, les autobus se nuisent entre eux et entrent en congestion sur leur propre voie réservée. C'est ce qu'on appelle l'effet train-bus.

On a qu’à observer la circulation en heure de pointe sur la colline Parlementaire pour constater que ces autobus doivent être remplacés par un véhicule de plus grande capacité.

Hausse démographique, économique et du nombre de déplacements...

Ne rien faire n’est donc pas une option!

Il faut transformer l’offre de transport en commun pour en faire un choix plus performant et avantageux.

Une part importante de la population souhaite...

  • Obtenir plus de liberté dans ses choix de mobilité
  • Se déplacer plus facilement
  • Réduire le temps et le budget qu’elle consacre aux déplacements
  • Réduire l’empreinte de ses allées et venues sur l’environnement

Pourtant, Québec est en ce moment la seule ville canadienne de plus de 500 000 habitants à ne pas compter sur un réseau structurant.

Municipalité Réseau Mode de transport lourd Population desservie
Vancouver, BC Vancouver (Coast Mountain Bus, SkyTrain et SeaBus) Oui 2 592 206
Toronto, ON TTC Oui 2 932 301
Montréal, QC STM Oui 2 025 127
Calgary, AB Calgary Transit (CT) Oui 1 246 337
York Région, ON YRT Oui 1 088 882
Edmonton, AB ETS (Edmonton Transit System) Oui 946 442
Ottawa, ON OC Transpo Oui 887 289
Mississauga, ON MWay (Mississauga Transit) Oui 768 620
Winnipeg, MB Winnipeg Transit Oui 694 400
Québec, QC RTC Non 593 061
Hamilton, ON HSR Oui 504 637

C'est pourquoi, en mars 2018, après 10 ans d’études, d’analyses et de consultations, la Ville de Québec met en branle le plus grand projet collectif de son histoire : le réseau structurant de transport en commun.

Dès 2026, avec un budget de 3,3 G$, un réseau structurant reliera les grands générateurs de déplacements en s’arrimant parfaitement au réseau de transport en commun existant.

Laissez-vous porter par notre vision

Haut de page